Le offset, la technique d’impression traditionnelle

Nombreux sont les procédés d’impression, qui diffèrent selon les dimensions à imprimer et les matières utilisées comme supports. La méthode offset, est celle qui a remplacé la lithographie en repoussant la graisse de l’encre et l’eau. Une plaque de zinc reporte l’image sur un blanchet qui le reproduit finalement sur du papier. Comment cela se passe exactement ?

Qu’est-ce que l’impression offset ?

C’est une technique d’impression à plat, c’est-à-dire qu’on établit les éléments imprimant et non imprimant sur le même rang. Elle est issue de la métallographie ou de la lithographie, et exploitée industriellement par l’Américain W. Rubel. Ainsi, les éléments à imprimer sont regroupés sous forme de films négatifs, positifs de textes ou d’images. La copie s’effectue à travers l’exposition d’une source lumineuse, de la couche photosensible, des portions transparentes des films. Ensuite, un traitement est effectué pour transférer les éléments imprimant vers une forme imprimante. On parle de presse offset, dès que la plaque est fixée à la partie extérieure d’un cylindre. Puis cette surface sera humidifiée et encrée à partir d’un rouleau encreur. La région imprimante est décalquée à travers une toile caoutchoutée qui sera ensuite enroulée autour du cylindre. Ce dernier transcrit l’impression sur la feuille.

Quels sont ses avantages ?

C’est une transcription connue et appréciée pour sa simplicité. De plus, l’offset s’adapte avec tous les matériaux ou produits utilisés en impression. Généralement, les professionnels de l’impression choisissent cette technique pour sa rentabilité, tout en permettant d’utiliser différentes gammes de produits. Elle est utilisée par tous organes de presse quotidienne ou périodique. D’autres impressions en masse comme la publicité, les brochures, les livres ou les catalogues sont également transcrites de cette manière. C’est la technique d’impression la plus rentable, et rapide. À ce titre, l’offset n’a pas besoin d’être humidifié, d’où sa rapidité de séchage. Elle peut se faire selon différents formats et il est possible de vernisser le support après impression.

Quelles sont ses incommodités ?

D’un côté, le coût des outils utilisés tels que l’encre et les plaques sont les principaux inconvénients de l’utilisation de l’offset. Ils ont besoin de renouvellement plusieurs fois dans l’année. Un imprimeur qui veut une impression de qualité doit à la fois investir sur les plaques et les encres pour ne pas produire d’impression pleine de défauts. D’un autre côté, l’absence de mouillage engage le professionnel à faire une vérification régulière des machines, afin d’assurer la qualité de chaque impression. D’ailleurs, l’offset est un mode de transcription spéciale, utilisant des papiers spéciaux appelés papier offset.

Façonnage et finitions pour soigner l’aspect final d’une impression
Quand avoir recours à l’impression par sublimation thermique ?